Traficage au rayon bricolant : tiges de ferraille dans la table de mixage, pas forcément filetées et pinces croco multicolores, ça rentre la sortie dedans. C’est pas du tout fait pour mais ça n’empêche.
Un électrophone, plutôt plastique, vive l’explosif, mais renforcé pour encaisser.
Tant que ça tient.
Pas forcément des disques et même certains en métal, et d’autres.
Au contraire des capteurs aussi qui se collent là où ils tombent, ou pas, pas toujours.
Sur et avec des ressorts, en revanche.
Bref, sinon, feedbackophile non repenti mais avec les mains, Arnaud Rivière se débrouille avec l’accident et le virage.
Se déplace aisément sur Paris (vélo) mais reçoit peu.


"Il y a un disque sur le plateau. il tourne. Je manoeuvre le bouton d’arrêt : impossible de l’arrêter, il tourne de plus en plus vite, l’aiguille ne peut pas suivre, le bras prend d’extraordinaires positions, l’intérieur du phono ronfle comme une chaudière, on voit des espèces de flammes, et le luisant du disque noir, affolé ; d’abord l’idée que le phono va se détraquer, une angoisse limitée, puis qui devient immense : TOUT va exploser ; une rébellion magique, incompréhensible, c’est un dérèglement de tout. […]
Quel ravage ! le bras réduit à une espèce de brindille tordue, l’aiguille pulvérisée, le disque pulvérisé, le plateau déjà attaqué, les accessoires anéantis, et la maladie continuant à couver à l’intérieur de la machin
e."
Simone de Beauvoir


TÉLÉCHARGER LA BIO  
 ENGLISH